Mémoire sur la fonction du Dépost de la Marine, avec le détail et l’explication des moyens pris ou à prendre pour la correction des cartes et le rendre très utile, v. 1730.

[Folio 1]
Mémoire
sur la fonction du Dépost de la
Marine avec le détail et l’explication
des moyens pris ou à prendre pour la
correction des cartes, et le rendre très utile.
Toutes les cartes hydrographiques, et de navigation,
les plans des costes, ceux de nos villes, rades, et
ports, le détail exact des fortifications de nos costes,
les visites qui y ont esté faites, les capitaineries
établies pour les deffendre.
Le même détail pour celles de nos colonnies, avec
les titres de leurs établissemens, leur force, leur gouvernement,
les concessions des terres, leur commerce.
Les plans, et détails des costes, rades, villes, et
ports étrangers dont la connoissance nous importe
presqu’à l’égal des nostres.
Tous les journaux de navigation, les projets de
ports, canaux, cours des rivières, toutes les lettres
ou mémoires sur la navigation, le commerce, ou sur
la guerre par mer, offensive et deffensive, sur les
entreprises exécutées ou projettées, sur la découverte
de nouvelles terres, les faits curieux, phisiques,

[Folio 2]
ou historiques de la marine.
Tout cela compose ce qu’on appelle le Dépost de
la marine, qu’on a confié depuis 1720 à un capitaine
de vaisseau affin que par les connoissances plus
particulières qu’il doit avoir de ses différentes parties,
il puisse rassembler et retirer de ses divers matériaux.
Premièrement, les notions utiles nécessaires pour la
perfection, et l’utilité de la navigation et de la guerre
par mer, avec les progrès et le succès de l’une
et de l’autre, despendant également des diverses
observations faites à propos, et suivies en conséquence.
Et secondement en extraire les preuves, et
les observations utiles pour la correction des cartes
de navigation, objet important, mais d’un détail infiny,
et sur lequel les avis et remarques se contredisent
quelquefois, il paroist d’abord qu’on n’en peut retirer
que des probabilités, et c’est ce qui devant estre éclaircy
va faire le principal objet de ce mémoire.
Cette fonction en général quelque utile qu’elle
puisse estre ne sçauroit éviter les obstacles ordinaires
aux établissemens nouveaux, la multiplicité, et variété
des objets se présente d’abord comme un labirinthe dont
il semble qu’on ne peut sortir, et l’incertitude sur les
moyens pour la correction des cartes peut aussy

[Folio 3]
quelquefois déterminer à croire ce travail trop long,
et même inutile.
Il est vray qu’on ne peut nier que ce ne soit un
travail nouveau, long, et dont chaque nouvelle
subdivision doit fournir matière à des nouvelles
recherches, et par conséquent à un nouveau travail,
mais ne suffit-il pour que ce travail soit utile,
qu’il puisse contribuer aux progrès, et à la sureté
de la navigation, et nous servir tant dans les temps
de la guerre pour la deffense de nos costes, pour
l’attaque de celles de nos ennemis, et pour contribuer
aux succès de nos entreprises ; que pendant la paix,
pour ayder à procurer l’avantage du commerce, à
amener l’abondance dans le royaume, et porter la
réputation de l’Etat dans les pays étrangers.
L’Etat qui ne vieillit point, ne recueille-t-il pas
toujours le fruit d’un travail utile, et quelque long
qu’il puisse estre, pourvû qu’il tende directement
à son avantage, et que l’on marche dans le bon, et
droit chemin, peut-on le négliger ?
Ces grands objets regardent uniquement le
Ministre auquel le Roy les a confiés, c’est à luy
seul d’employer, et de juger des moyens, et c’est à
aussy à luy seul à qui la réputation des succès


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.