Archives de catégorie : Transcriptions

Corpus d’archives transcrites et commentées.

Mémoire sur la fonction du Dépost de la Marine, avec le détail et l’explication des moyens pris ou à prendre pour la correction des cartes et le rendre très utile, v. 1730.

[Folio 1]
Mémoire
sur la fonction du Dépost de la
Marine avec le détail et l’explication
des moyens pris ou à prendre pour la
correction des cartes, et le rendre très utile.
Toutes les cartes hydrographiques, et de navigation,
les plans des costes, ceux de nos villes, rades, et
ports, le détail exact des fortifications de nos costes,
les visites qui y ont esté faites, les capitaineries
établies pour les deffendre.
Le même détail pour celles de nos colonnies, avec
les titres de leurs établissemens, leur force, leur gouvernement,
les concessions des terres, leur commerce.
Les plans, et détails des costes, rades, villes, et
ports étrangers dont la connoissance nous importe
presqu’à l’égal des nostres.
Tous les journaux de navigation, les projets de
ports, canaux, cours des rivières, toutes les lettres
ou mémoires sur la navigation, le commerce, ou sur
la guerre par mer, offensive et deffensive, sur les
entreprises exécutées ou projettées, sur la découverte
de nouvelles terres, les faits curieux, phisiques,

[Folio 2]
ou historiques de la marine.
Tout cela compose ce qu’on appelle le Dépost de
la marine, qu’on a confié depuis 1720 à un capitaine
de vaisseau affin que par les connoissances plus
particulières qu’il doit avoir de ses différentes parties,
il puisse rassembler et retirer de ses divers matériaux.
Premièrement, les notions utiles nécessaires pour la
perfection, et l’utilité de la navigation et de la guerre
par mer, avec les progrès et le succès de l’une
et de l’autre, despendant également des diverses
observations faites à propos, et suivies en conséquence.
Et secondement en extraire les preuves, et
les observations utiles pour la correction des cartes
de navigation, objet important, mais d’un détail infiny,
et sur lequel les avis et remarques se contredisent
quelquefois, il paroist d’abord qu’on n’en peut retirer
que des probabilités, et c’est ce qui devant estre éclaircy
va faire le principal objet de ce mémoire.
Cette fonction en général quelque utile qu’elle
puisse estre ne sçauroit éviter les obstacles ordinaires
aux établissemens nouveaux, la multiplicité, et variété
des objets se présente d’abord comme un labirinthe dont
il semble qu’on ne peut sortir, et l’incertitude sur les
moyens pour la correction des cartes peut aussy

[Folio 3]
quelquefois déterminer à croire ce travail trop long,
et même inutile.
Il est vray qu’on ne peut nier que ce ne soit un
travail nouveau, long, et dont chaque nouvelle
subdivision doit fournir matière à des nouvelles
recherches, et par conséquent à un nouveau travail,
mais ne suffit-il pour que ce travail soit utile,
qu’il puisse contribuer aux progrès, et à la sureté
de la navigation, et nous servir tant dans les temps
de la guerre pour la deffense de nos costes, pour
l’attaque de celles de nos ennemis, et pour contribuer
aux succès de nos entreprises ; que pendant la paix,
pour ayder à procurer l’avantage du commerce, à
amener l’abondance dans le royaume, et porter la
réputation de l’Etat dans les pays étrangers.
L’Etat qui ne vieillit point, ne recueille-t-il pas
toujours le fruit d’un travail utile, et quelque long
qu’il puisse estre, pourvû qu’il tende directement
à son avantage, et que l’on marche dans le bon, et
droit chemin, peut-on le négliger ?
Ces grands objets regardent uniquement le
Ministre auquel le Roy les a confiés, c’est à luy
seul d’employer, et de juger des moyens, et c’est à
aussy à luy seul à qui la réputation des succès

Pièces justificatives

Avant-propos

Cette page vise à mettre en scène quelques transcriptions d’archives mettant en perspective l’histoire du service hydrographique sur l’ensemble de la période étudiée.

Les transcriptions des différents documents respectent l’orthographe, le vocabulaire et la syntaxe originale. L’orthographe des toponymes a également été conservée. Les mots ou expressions entre crochets indiquent des ajouts non présents dans le document original, explicitent des abréviations utilisées ou indiquent des éléments concernant la forme et le placement du texte. Enfin, la mise en page des différents documents a été respectée et les mentions des folii figurent en gras et entre crochets.

La première partie de ces pièces informatives concernent des mémoires sur le Dépôt des cartes; plans, journaux de la Marine au XVIIIème siècle.

La création du Dépôt des cartes, plans et journaux de navigation, novembre 1720

Brevet pour préposer le Chevalier de Luynes, capitaine de vaisseau, pour l’examen et la garde des cartes, plans et journaux de navigation. 20 novembre 1720. manuscrit, Folio 1. Archives nationales, MAR/G/234, 3-4.

[Folio 1]

[Marge de gauche]
Pour estre porté à M[onsei]g[neu]r
le Duc d’Orléans

20 novambre 1720
Brevet pour préposer le S[ieur] Chevali[er] de Luynes Capitaine de v[aisse]au,
Commandant la Comp[ag]ie des gardes du Pavillon amiral pour l’examen et la
Garde des Cartes, Plans et Journaux de Navigation

[Marge de gauche]
20 9bre 1720
N°4
approuvé

Aujourd’huy, 20e du mois de Novembre
1720. Le Roy estant à Paris estimant nécessaire
pour le bon ordre et le bien de son service de préposer
un Capitaine de ses vaiss[eau]x pour l’Examen et la
garde des cartes, plans, journaux et mémoires
concernant la Navigation, et Sachant que le
S[ieur] Ch[evalier] de Luynes Capitaine de vaisseau
Commandant la compagnie des Gardes du pavillon
amiral a toutes les qualités nécessaires pour se
bien acquitter de cet Employ, sa Ma[jes]té de
l’avis de Monsieur le Duc d’Orléans son oncle
Régent l’a préposé et prépose pour faire l’Examen
et avoir la garde des Cartes, plans, Journaux
et mémoires concernant la Navigation et
exercer le d[it] employ aux appointements qui luy
seront ordonnés par les Estats et ordonnances
qui seront à cet effet expédiées le tout sous
l’authorité de Mons[eigneur] le Comte de Toulouze
Amiral de France auquel elle mande de

[Folio 2]
faire reconnoistre le d[it] S[ieur] Ch[evali]er de Luynes
les choses concernant le d[it] employ. Et pour
témoignage de sa volonté sa Ma[jes]té a

[Marge de gauche]
20 9bre 1720
N°4
approuvé
Aujourd’huy, 20e du mois de Novembre
1720. Le Roy estant à Paris estimant nécessaire
pour le bon ordre et le bien de son service de préposer
un Capitaine de ses vaiss[eau]x pour l’Examen et la
garde des cartes, plans, journaux et mémoires
concernant la Navigation, et Sachant que le
S[ieur] Ch[evalier] de Luynes Capitaine de vaisseau
Commandant la compagnie des Gardes du pavillon
amiral a toutes les qualités nécessaires pour se
bien acquitter de cet Employ, sa Ma[jes]té de
l’avis de Monsieur le Duc d’Orléans son oncle
Régent l’a préposé et prépose pour faire l’Examen
et avoir la garde des Cartes, plans, Journaux
et mémoires concernant la Navigation et
exercer le d[it] employ aux appointements qui luy
seront ordonnés par les Estats et ordonnances
qui seront à cet effet expédiées le tout sous
l’authorité de Mons[eigneur] le Comte de Toulouze
Amiral de France auquel elle mande de

[Folio 2]
faire reconnoistre le d[it] S[ieur] Ch[evali]er de Luynes
les choses concernant le d[it] employ. Et pour
témoignage de sa volonté sa Ma[jes]té a

[Folio 3]
[Marge de gauche]
19 9vre 1720

Pour estre porté à M[onsei]g[neu]r le
Régent
N°1er
Décision de S[on] A[ltesse] R[oyale]

Il paroist convenable au bien
du service et au bon ordre qu’il
est nécessaire de maintenir dans
la Marine, qu’il y ait toujours
à Paris un officier capable et de
confiance qui soit préposé à
l’examen et à la garde des plans,
cartes, journaux de voyages,
rapports et autres mémoires
envoyez par les officiers
commandants des vaisseaux, à
leur retour de la mer.
Tous ces plans, journaux, et
mémoires ont esté mis jusqu’icy
avec les autres papiers concernant
la Marine, dans un lieu de
dépost ; et quoy qu’ils y soient
soigneusement conservez, et tenus
dans tout l’arrangement nécessaire,
on ne peut en tirer beaucoup
d’utilité, par rapport à l’espèce
d’oubli où ils sont, quand ils y
ont une fois esté portez au lieu
que l’officier qui seroit préposé,

[Folio 4]
estant capable de connoistre
et de choisir ce qui seroit bon et
utile, on pourroit en envoyer
des copies ou extraits dans les
ports, suivant que le bien du
service le requereroit, et mesme
ordonner aux officiers qui seroient
commandez pour les voyages de
long cours, de vérifier les découvertes
et observations envoyées par ceux
qui auroient précédemment fait
les mesmes voyages, avec ordre aux
autres d’en faire mention exacte
dans leurs journaux.
Il convient que ces plans,
cartes et autres mémoires restent
dans le mesme lieu où tous les
papiers de la Marine sont en
dépost ; mais quil en soit fait
distraction, et qu’ils soient mis
dans une chambre séparée ; à la
seule garde de l’officier préposé
et de son commis qui en auront
la clef.
[Souligné] Comme ce poste ne peut estre
rempli utilement que par un
officier expérimenté dans la
Marine et dans la navigation,

[Folio 5]
on estime à propos de le
confier à un Capitaine de v[aisse]au,
en observant que lorsqu’il sera
parvenu à un grade supérieur
dans la Marine, ce mesme employ

sera donné à un autre capitaine. [Fin souligné]
Il paroist que les appointements
attribuez à cet employ, doivent
estre de six mille livres payez
également à Paris lieu ordinaire
du dépost, ou dans les ports, ou
à la mer.
Mais on croit que ces appointements
estant suffisants, il doit cesser
de recevoir ceux de Cap[itain]e de V[aisse]au.
Il luy sera indispensablement
nécessaire d’avoir un commis
qui sache bien dessiner, et soit
capable de tenir l’ordre et les
registres dans ce dépost, et on
ne peut donner à ce commis
moins de 1200 l[ivres] t[ournois]. d’appointements.

approuvé et dresser le brevet
pour m[onsieur] le chevallier de
Luines.

Mémoires sur le Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine au XVIIIème siècle

Anonyme, Mémoire sur la fonction du Dépost de la Marine, avec le détail et l’explication des moyens pris ou à prendre pour la correction des cartes et le rendre très utile, manuscrit, non daté, Folio 1. Archives nationales, MAR/1JJ/56, Dossier 3.

[Folio 1]

Mémoire

sur la fonction du Dépost de la

Marine avec le détail et l’explication

des moyens pris ou à prendre pour la

correction des cartes, et le rendre très utile.

Toutes les cartes hydrographiques, et de navigation,

les plans des costes, ceux de nos villes, rades, et

ports, le détail exact des fortifications de nos costes,

les visites qui y ont esté faites, les capitaineries

établies pour les deffendre.

    Le même détail pour celles de nos colonnies, avec

les titres de leurs établissemens, leur force, leur gouvernement,

les concessions des terres, leur commerce.

Les plans, et détails des costes, rades, villes, et

ports étrangers dont la connoissance nous importe

presqu’à l’égal des nostres.

    Tous les journaux de navigation, les projets de

ports, canaux, cours des rivières, toutes les lettres

ou mémoires sur la navigation, le commerce, ou sur

la guerre par mer, offensive et deffensive, sur les

entreprises exécutées ou projettées, sur la découverte

des nouvelles terres, les faits curieux, phisiques,