Mémoires sur le Dépôt des cartes, plans et journaux de la Marine au XVIIIème siècle

Anonyme, Mémoire sur la fonction du Dépost de la Marine, avec le détail et l’explication des moyens pris ou à prendre pour la correction des cartes et le rendre très utile, manuscrit, non daté, Folio 1. Archives nationales, MAR/1JJ/56, Dossier 3.

[Folio 1]

Mémoire

sur la fonction du Dépost de la

Marine avec le détail et l’explication

des moyens pris ou à prendre pour la

correction des cartes, et le rendre très utile.

Toutes les cartes hydrographiques, et de navigation,

les plans des costes, ceux de nos villes, rades, et

ports, le détail exact des fortifications de nos costes,

les visites qui y ont esté faites, les capitaineries

établies pour les deffendre.

Le même détail pour celles de nos colonnies, avec

les titres de leurs établissemens, leur force, leur gouvernement,

les concessions des terres, leur commerce.

Les plans, et détails des costes, rades, villes, et

ports étrangers dont la connoissance nous importe

presqu’à l’égal des nostres.

Tous les journaux de navigation, les projets de

ports, canaux, cours des rivières, toutes les lettres

ou mémoires sur la navigation, le commerce, ou sur

la guerre par mer, offensive et deffensive, sur les

entreprises exécutées ou projettées, sur la découverte

des nouvelles terres, les faits curieux, phisiques,

[Folio 2]

ou historiques de la marine.

Tout cela compose ce qu’on appelle le Dépost de

la marine, qu’on a confié depuis 1720 à un capitaine

de vaisseau affin que par les connoissances plus

particulières qu’il doit avoir de ses différentes parties,

il puisse rassembler et retirer de ses divers matériaux.

Premièrement, les notions utiles nécessaires pour la

perfection, et l’utilité de la navigation et de la guerre

par mer, avec les progrès et le succès de l’une

et de l’autre, despendant également des diverses

observations faites à propos, et suivies en conséquence.

Et secondement en extraire les preuves, et

les observations utiles pour la correction des cartes

de navigation, objet important, mais d’un détail infiny,

et sur lequel les avis et remarques se contredisent

quelquefois, il paroist d’abord qu’on n’en peut retirer

que des probabilités, et c’est ce qui devant estre éclaircy

va faire le principal objet de ce mémoire.

Cette fonction en général quelque utile qu’elle

puisse estre ne sçauroit éviter les obstacles ordinaires

aux établissemens nouveaux, la multiplicité, et variété

des objets se présente d’abord comme un labirinthe dont

il semble qu’on ne peut sortir, et l’incertitude sur les

moyens pour la correction des cartes peut aussy

[Folio 3]

quelquefois déterminer à croire ce travail trop long,

et même inutile.

Il est vray qu’on ne peut nier que ce ne soit un

travail nouveau, long, et dont chaque nouvelle

subdivision doit fournir matière à des nouvelles

recherches, et par conséquent à un nouveau travail,

mais ne suffit-il pour que ce travail soit utile,

qu’il puisse contribuer aux progrès, et à la sureté

de la navigation, et nous servir tant dans les temps

de la guerre pour la deffense de nos costes, pour

l’attaque de celles de nos ennemis, et pour contribuer

aux succès de nos entreprises ; que pendant la paix,

pour ayder à procurer l’avantage du commerce, à

amener l’abondance dans le royaume, et porter la

réputation de l’Etat dans les pays étrangers.

L’Etat qui ne vieillit point, ne recueille-t-il pas

toujours le fruit d’un travail utile, et quelque long

qu’il puisse estre, pourvû qu’il tende directement

à son avantage, et que l’on marche dans le bon, et

droit chemin, peut-on le négliger ?

Ces grands objets regardent uniquement le

Ministre auquel le Roy les a confiés, c’est à luy

seul d’employer, et de juger des moyens, et c’est à

aussy à luy seul à qui la réputation des succès

[Folio 4]

appartiendra, et celuy qu’il a préposé pour estre le

gardien de ces divers papiers, et matériaux, n’est

que l’instrument qu’il veut bien employer pour

la discution fidelle des différents détails, dont il doit

luy rendre le compte exact.

Il paroist qu’on doit distinguer deux parties

principales dans son travail, celuy de l’arrangement

et de la distribution particulière des différentes parties

dont on garde des plans ou des écrits, et matériaux,

dans le Dépost, et celuy de retirer, après les avoir

divisés exactement, tout ce qu’on en pourra ramasser

de papiers, et de mémoires utiles d’utile sur les différents

objets qu’on aura divisé avec le même soin. Il seroit

à desirer que ce travail fut encore plus grand, et

ce que nous aurions eussions en tout genre un plus grand nombre

d’instructions, et qu’on en feroist un trésor précieux, qu’il 

ne faudra plus qu’ qu’on tâchera d’augmenter avec soin ; mais ce

travail une fois finy, il n’en laisse plus après

qu’un bien médiocre pour y joindre les nouveaux

matériaux qui seront fournis annuellement ; de mesme

que les dépouillements des journaux dont nous

parlerons dans la suitte, ouvrage fort grand dans

sa totalité, mais très médiocre pour le travail

journalier qui luy succedera.

[Folio 5]

Le travail pour la correction des cartes, étant

plus compliqué il ne sçauroit estre que plus grand,

et plus difficile, parce qu’on n’y a que peu, et pour

ainsy dire aucun guide ; ainsy pour ne pas agir en

aveugle, ni superficiellement, comme font ceux qui n’y

travaillent que pour en avoir la débite dans le

public, et pour gagner de l’argent ; il me paroist

que la moindre négligence, dans la recherche des

moyens, est plus à craindre, et seroit plus blâmable,

que ne le seroit la collection, mesme inutile, des

différentes preuves, ou inductions.

Comme la navigation avant la découverte

de la boussole n’estoit qu’un simple capotage le long

des costes, on se bornoit à la connoissance des

mesmes costes, les traversées les moins longues

mettoient alors les navigateurs en préil évident ;

on se bornoit dans ces temps là, et chez les nations

les plus éclairées sur le métier de la mer, à faire

des portulans, dans lesquels sont déduites, et marqués

les gissements des costes suivant leurs airs de vent, 

leurs longueurs, et les distances d’un cap, ou d’une

pointe à un autre, le tout détaillé avec précision.

[Marge à gauche]

On se bornoit chez les nations les plus

éclairées sur le métier de

la mer, à faire des portulans

dans lesquels sont déduits et

marqués, les gissements des

costes suivant leurs airs de

vent, leur longueur et les

distance d’un cap ou d’une

pointe à l’autre ; le tout

destaillé avec assez de

prétition.

Nous avons vû un de ces portulants fait dans le

13ème siècle par les Vénitiens presque les maîtres

[Folio 6]

alors de la Méditerannée, et c’est qui est peut estre le plus

exact, de ceux qui ont esté faits depuis.

[Marge de gauche]

Ils sont en assez grand

nombre, faits en divers temps

par les Italiens, Portugais,

Castillans, et autres nations

surtout dans le temps de

leur puissance sur la mer ;

on y joignit dans la suite

en les perfectionnant quelques

distances des costes oposées

les unes aux autres et

peu éloignées.

Ce ne fut qu’après

la découverte de la

boussole qu’on entreprit

les voyages de long cours,

la découverte du passage

par le cap de Bonne Espérance,

celles des nouvelles terres, et

d’un monde nouveau, l’on

à ce temps seul et à la

nécessité d’estre guidé par

des cartes hydrographiques

qu’il faut en attribuer

l’origine. On n’en trouve

plus d’aussi ancienne et

leurs peu de justesse dans

ces commancem[ents] nous en

laisse peu regretter

la perte.

On joignit dans ces portulants quelques distances des

costes oposées les unes aux autres, mais éloignées.

Les Italiens ont aussy donné en différents temps

de ces sortes de portulants, ils ont esté imités

ensuitte par les Portugais, Castillants, et autres

nations, surtout dans les temps de leurs puissances

sur la mer, mais ce ne fut qu’après la découverte

de la boussole qu’on entreprit les voyages de

long cours, la découverte du passage par le cap

de Bonne Espérance, celles des nouvelles terres, 

et enfin celle d’un monde nouveau.

Les hollandois que le but de leur conservation,

plus que l’utilité publique, força à se dévouer au commerce

et à une connoissance plus particulière de la navigation,

furent la première nation qui forma le projet de

donner sous le nom d’atlas maritime une

connoissance exacte, et détaillée de toutes les mers,

les rades, et les ports, avec un recuëil des cartes

hydrographiques générales, et particulières de toutes les

costes du monde ; travail immense qui n’a esté finy

que vers la fin du siècle passé :

Le principal, et seul moyen qu’ils paroissent

[Folio 7]

avoir employé pour un ouvrage aussy difficile ; à esté

après avoir déterminé par choix sur tous les anciens

portulans le contour des costes ; de constater ensuitte

l’éloignement leur gissement, et la distance des unes aux autres, par

les diverses routes de leurs navigateurs, recueillies avec

soin, et extraites des journaux de leurs voyages remis

fidellement à leur retour, entre les mains de ceux qui

estoient chargés de ce travail. Ces routes de leurs

navigateurs, sur lesquelles ils ont étably les distances

sont déduites à la fin de chaqu’un des chapitres des

deux gros volumes in folio, ils spécifient avec le mesme soin,

les latitudes des différents caps, lieux, et villes presque

toutes observées avec les mêmes instruments de

navigation, et les leurs longitudes estimées ; le tout sur des

se trouve placé en conséquence sur des cartes réduites suivant les propositions proportions que doivent avoir

entre eux les degrés de latitude, et de longitude.

Après les plus longues distances qui marquent, et

prouvent la position totale, et celle des costes les

unes avec les autres ; ils ont joint les plus courtes

d’un cap, ou d’une pointe à l’autre, qui forment les

portulants de toutes ces mesmes costes ; avec des cartes en plus

grand point pour les leur détails ; ensuite les plans des rades et des

ports particuliers ; les reconnoissances des costes terres, et

montagnes, leurs perspectives dans les différentes positions

[Folio 8]

enfin les observations principales pour la navigation

en général, et particulières dans les divers pays.

Les Anglois sur ce modelle en ont fait aussy un

sous le nom de flambeau de la mer, il est peut estre plus

exact, mais il est copié pour la plus grande partie

sur celuy des Hollandois, en y joignant de plus les

observations, et les routes particulières de leurs

navigateurs, et un détail des lieux qui leur sont

mieux connus, et des endroits où sont celuy de leurs colonnies.

Dans les temps les plus brillants de notre

marine, et lorsque le feu Roy n’épargnoit rien pour se

procurer la même supériorité que ces armées de terres

avoient sur celles des puissances de l’Europe réunies

contre luy, et pour établir, et fonder la seureté et

l’augmentation de son commerce, M[essieu]rs Colbert et

De Seignelay n’oublièrent rien pour avoir une connoissance

particulière de nos costes, de celles de nos ennemis,

et du monde entier ; les ordonnances du Roy faites

alors, concourroient également avec leurs instructions

et les armements particuliers, à ramasser, et à leur

procurer les moyens d’y réussir, et de surpasser nos

voisins dans cette connoissance importante ; les

ingénieurs du Roy les plus habiles parcourroient sur ses

vaisseaux les mers, et les pays différents, et les

[Folio 9]

dépenses, dont la pluspart des états, ou mémoires, et

les travaux qui en résultoient, qui sont encore conservés

dans nôtre Dépost, en font foy.

Peut estre qu’un très grand nombre, et les morceaux

les plus rares, et les plus essentiels en ont esté escartés

dans les temps où ils n’avoient d’autre place, que celle

qu’ils occupoient parmy les vieux comptes, et les papiers

inutiles de la marine ; mais il nous en reste en

assez grande quantité pour qu’ils puissent payer, et même

au delà, les dépenses qu’on y pourra joindre pour

en faire usage.

L’ignorance de nos costes occasionna

la perte de nos plus grands vaisseaux à la Hougue,

ce travail à peine commencé ne nous esclairoit point

encore ; nôtre marine affaiblie par cette perte, puis

ensuite par celle faite à de Vigo, et abandonnée trois années après

Vigo après la fin de la dernière guerre, a aussy entrainé l’abandon de ces recherches ;

On en a cependant conservé quelques unes, mesme

dans les temps les plus malheureux de nôtre corps, et

que les soins de Monsieur le Comte de Maurepas

ont procuré au Dépost suffisent pour qu’en suivant

les veües du feu Roy, et de M[essieu]rs Colbert et de

Seignelay ses ministres on puisse entreprendre, non seulement la

correction des cartes de navigation, qui malgré le

travail des différentes nations dont on a parlé cy

[Folio 10]

dessus, sont encore extrêmement imparfaites ; mais

même de donner avec le temps un flambeau de mer

infiniment plus exact que les leurs, par l’avantage

que nous avons de joindre leur travail au nostre, au

moyen du précis d’environ 4000 plans ou cartes,

de 6 à 700 mémoires, ou lettres, et de 3 ou 400

journaux contenus dans nôtre Dépost.

Il me paroist qu’on ne sçauroit avoir des règles

plus certaines pour nous guider dans un travail que

la connoissance de celles que ceux qui nous y ont précédé

ont observées ; nous ne pouvons douter, et c’est de leur

propre aveu, que les Hollandois ont formé leur atlas

sur les seuls journaux de leurs navigateurs, et les

Anglois le leur sur le modelle du premier ; les uns

et les autres ont à peine employé le travail des

ingénieurs pour la connoissance de leurs costes particulières

ou de celles de leurs colonnies ; nous avons là dessus

autant, et je crois même plus de besogne faite

qu’eux, il n’est donc question que de la mettre en

oeuvre, et

Nous aurons l’avantage pour l’avenir, et

pour le présent, que tout ressortissant par le cours

ordinaire des affaires, à un seul dans ce royaume,

ou la volonté du maistre, lorsqu’elle est manifestée,

détermine dans l’instant celle des sujets, on

[Folio 11]

aura presque sans dépence, plus d’observations, et de

plus exactes en 10 années de tems, que nos voisins n’en

acquiéreront en 50 ; surtout par le moyen de l’uniformité

des cartes, et des modelles de journaux, jointe à l’égalité

des mesures de lok pour l’estime du chemin établie

sur chaque vaisseau du Roy ; car chaque voyage,

et chaque année nous fournira plus d’éclaircissements

que n’auroient fait les siècles de négligence sur ces objets

quelques médiocres qu’ils paroissent.

Nôtre principal soin après cet ordre d’uniformité

donné, me paroist devoir estre le travail de nos journaux

que j’appelle leur dépouillement, c’est à dire, d’en extraire

toutes sortes de différentes observations, de les placer

par colonnes, de reprendre suivant nos règles de

navigation, les routes pour en marquer les distances

d’un lieu à l’autre, pour et en constater la position,

pour d’extraire la façon de se conduire, et de naviguer

dans les différents parages, et enfin pour d’en recueillir

les observations de la latitude, et de la variation ; ce

travail me paroist aussy inévitable, que nécessaire, et

je crois qu’on pourra y compter plus seurement en le

faisant exécuter par les plus habiles pilotes ; en

observant pourtant que les causes sur lesquelles seront

fondés les résumés de chaque journal soient marquées,

[Folio 12]

avec la répétition des règles de navigation, afin qu’on

puisse dans tous les temps, les corriger en cas d’erreur.

Quoique nos journaux de voyages sur la mer

Méditerannée, dont il m’a esté ordonné de corriger les

cartes, ce qui est le premier objet de nôtre travail, et

sur lequel nous avons plus de matériaux préparés au

Dépost, que sur tout autre ; quoique ces journaux dis-je,

soient en petit nombre, et que nos pilotes du levant

négligeant de marquer leur chemin, et d’observer la

hauteur lorsqu’ils sont à la veüe des costes, ne puissent

par cette raison nous fournir que peu de routes, cependant

comme ces mesmes routes qui sont plus courtes que

celles sur l’océan, sont moins sujettes à erreur, nous

n’avons pas laissé que d’en retirer un secours

considérable.

Nos plans particuliers dont nous avons un grand nombre,

ceux de plusieurs costes suivies, levés par des ingénieurs

envoyés par le Roy, et autres, en grande quantité ; toutes

les observations de nos pilotes ramassées, et ce que nous

pourrons retirer de nos divers mémoires ou livres,

forment un tout ensemble qui nous fournira une quantité

prodigieuse d’observations en tout genre.

L’ordre que j’ay crû devoir observer pour les

employer sans confusion, est qu’après avoir divisé

[Folio 13]

en 5 ou 6 objets, ce qui doit nous servir pour la correction

des cartes ; comme les gissements des costes, ou leurs routiers,

les distances d’un lieu, ou cap à un autre, les observations

de latitude, et de longitude des lieux, faites à la mer, ou à

terre, les remarques particulières sur les erreurs des

cartes sur lesquelles on navigue, les mouillages,… ;

J’ay fait escrire sur des petits billetons détachés,

chaque observation particulière en y marquant d’où elle a

esté extraitte, pour qu’on les combinant on puisse connoistre

celles auxquelles on doit donner plus ou moins de croyance,

et ces billetons seront colés chaqu’un par ordre, dans

leurs cahyers de division.

Du dépouillement des différents portulans que j’ay crû

aussy nécessaire, que celuy de nos journaux, on peut former

pareillement des billetons sans nombre, aussy bien que

de chaque mémoire qui pourra mériter ce travail.

Mais pour que le grand nombre de ces mesmes billetons

soit arrangés, et mis en oeuvre avec plus d’ordre, il m’a parû

nécessaire de les présenter aux yeux par des cartes, ou

plans, sur lesquelles les positions, et distances sont marquées,

et les routes des navigateurs tracées avec des lignes

ponctuées avec de chiffres, et de lettres qui marquent leur longueur,

et leurs airs de vent. Chaque portulant, ou mémoire

instructif sur les costes, et les distances des unes

[Folio 14]

aux autres, sera retracé sur son plan particulier,

aussy bien que le résultat particulier mesme de tous les

billetons sur le contour des costes, dequels on formera

un plan mieux fourny, et plus détaillé que ceux de

tout autre portulants ; à l’égard des billetons des plus

longues distances, ils seront retracées comme on le

dira cy après.

Cette nécessité de présenter d’abord aux yeux,

auparavant que de fixer par choix la position

des lieux en conséquence des preuves rassemblées

et combinées ; nous a fait prendre le party de dépouiller

l’atlas hollandois et d’en réduire au même soin

toutes les cartes de la mer Méditerranée qui y sont

au nombre de 18 ou 20 et qui presque toutes

sont sur des points différents ; [ratures] le travail n’a pas esté

facile, il ne falloit pas avoir moins de capacité

et moins d’exactitude, [ratures] qu’en a M[onsieu]r

Buache, qui peut le disputer à tout autre sur ce point,

pour en venir à bout, et de plus il a dressé à ce travail

et à celuy des plans dont je viens de parler, un pilote

de Toulon nommé Gilly qui le seconde parfaitement,

et qui fait sous ses yeux, un progrès au delà de

nos espérances.

Toutes les routes des navigateurs hollandois

[Folio 15]

spécifiées dans l’atlas de Van Kulen, sont tracées

dans tout autant de plans, qu’il a donné de cartes

particulières pour la mer Méditerranée, et les routes

y sont tracées, comme nous l’avons expliqué dans

deux feuillets pour chaque carte, dont l’une est pour les

grandes routes, affin de marquer les distances des

costes oposées, et éloignées, et l’autre pour les routes

courtes qui forment le portulant, ou continuité de

la même coste.

De ces mesmes cartes de Van Kulen, nous

en avons formé plusieurs autres que nous avons réduites

à un point plus grand que ne l’est celuy des cartes

sur lesquelles nous naviguons, elles comprennent

toute la mer Méditerranée dans un arrangement

plus conforme à nos divisions, je les ay nommées

cartes de division, et leur usage sera d’y tracer

avec des points de différentes couleurs, affin qu’on

puisse les distinguer d’abord, toutes les différentes

routes des navigateurs hollandois, françois, anglois,

et toutes celles dont nous avons des preuves.

Nous comptons faire sur le flambeau anglois

le même travail que celuy que nous avons déjà

fait sur l’atlas hollandois, et il sera beaucoup

moins difficile, parce que la plus grande partie

[Folio 16] 

étant copiée de l’hollandois, on ne marquera que

les routes, et les observations qu’ils y auront été ajoutées

par les Anglois des leurs.

Nous pourrons aussy pour éviter la confusion tracer

les routes des plus longues distances dans des plans

de la Méditerranée en entier, et les cartes des

divisions ne seront chargées que des routes moins

longues qui ne pourront estre en grand nombre à cause de la quantité qui s’y en trouvera.

Après ce travail il sera nécessaire de doubler

au moins le point de nos cartes de division, et d’en

faire aussy pour le moins du le double de mesme grandeur

pour donner les costes plus en détail, et sur lesquelles

nous constaterons leurs contours, et leurs positions

exactes, tant par le secours des plans particuliers,

des visites, et des détails que nous en avons, que

par les relèvements des mesmes costes que nous

faisons à la mer, lorsque nous sommes à portée

d’en relever les caps, ce qui se fait en marquant,

qu’étant à telle distance d’une telle pointe, ville,

ou montagne, l’un nous reste par un tel air de

vent, et l’autre par d’autres etc. Le vaisseau

étant le point des angles que forment les divers

airs de vent des lieux relevés il est clair que par les règles

de la trigonométrie on constate la distance d’un point observé à l’autre.

Nos journaux fournissent une quantité immense

[Folio 17]

de billetons où ces relèvements sont marqués, et

desquels nous tirerons une connoissance sûre des

lieux, et des terres, à la veüe desquelles nos navigateurs

auront passé.

Nos plans relevés par les règle de la trigonométrie géométrie

pratique dont nous avons conservé les triangles qui

en sont la preuve, nous en donneront des pareilles

sur tout les points principaux des caps, et des

lieux des environs.

De tout ce travail détaillé, dont une partie est

exécutée, il me paroist qu’il doit résulter une

connoissance parfaitte de tout ce qui a esté observé

d’utile pour arriver à nôtre but, par les nations

connues, je crois pouvoir avancer que les cartes,

et les écrits mêmes les moins corrects, pourront mesme nous

fournir des notions avantageuses qui auront esté

omises par les meilleurs navigateurs ou ingénieurs.

Ainsi les routes en grand tracées sur la carte

générale de la Méditerranée, avec les costes marquées

comme elles le sont sur les cartes de navigation,

et telles qu’elles doivent l’estre pour par la correction des

points d’observations astronomiques, nous déterminerons

pour la position totale en général, les routes

particulières marquées sur les cartes des divisions.

[Folio 18]

Nous fixerons pour les distances des costes voisines, et

oposées les unes aux autres, et les cartes des portulants

jointes à celles où seront tracées les triangles des

relèvements, ou de nos plans, nous guideront pour les

détails particuliers.

On ne sçauroit cependant disconvenir que dans la

multiplicité des billetons, et des routes, et distances,

il ne s’en trouve un grand nombre qui en oposition

les uns, des autres, laisseront des grandes difficultés

pour fixer le point juste des lieux ; mais outre que

le deffaut, ou la négligence, dans l’examen des preuves,

entraîne plutost un faux jugement, que ne le peut faire

la multiplicité des mesmes preuves ; il est presque

impossible que le grand nombre que nous en aurons

en tout genre, et dont les uns corrigeront les

autres, ne nous indique pas le vray.

J’ose même avancer qu’avec ces précautions

nous sommes du moins certains que les erreurs

inévitables seront si petites légères, eû égard à celles des

cartes sur lesquelles on navigue, qu’il en résultera

une utilité qui nous récompensera bien amplement

de nos peines.

Dès que le tout sera ensemble, et soigneusement

ramassé, nous serons en étant de juger des parties

[Folio 19]

qui nous sont connües, et sur lesquelles nous aurons

suffisament de preuves, et de demander, que par des

armements particuliers, ou par d’autres moyens, de on

veuille bien nous secourir par des

plus grands éclaircissemens pour supléer aux vides

que nous trouverons sans doute, parce que nous avons

prodigieusement de matériaux sur certaines costes,

et très peu sur d’autres.

[Espace blanc]

On n’ignore pas que les observations

astronomiques sont le socle certain pour la correction

des cartes, nous en avons ramassé considérablement

en n’y comprenant que celles des astronomes qui nous

sont connus, le travail de M[essieu]rs de l’Académie

des Sciences nous aydera encore beaucoup, ces

secours suffisoient pour nous donner une supériorité

décidée sur tous ceux qui ont jusqu’à présent

travaillé sur pareils sujets.

Je crois aussy que pour éviter le sainct d’irrésolution

[Folio 20]

où l’on se trouve ordinairement entre diverses conjectures

et nombre de semi preuves, il sera nécessaire de

constater la position générale de la Méditerranée en

en fixant les lieux principaux ; et de commencer par ceux

dont nous avons des observations astronomiques, puis et ensuite

continuer ensuitte par le gissement particulier des

principaux caps les plus fréquentés, ou villes dont la connoissance est

plus nécessaire aux navigateurs, et sur lesquels nous

avons un plus grand nombre d’observations de leur

part, et qui sont faites avec plus de soin, tant par

eux, que par les ingénieurs ; ce sont là communément

les points sur lesquels portent principalement leurs

routes lesquelles en ramassant le grand nombre

d’observations de latitude qu’ils nous ont conservé

nous serviront pour connoistre leur position, et les

distances des unes, et des autres, desdites routes ;

Cette base bien établie, le reste ne sera

qu’un travail de détail très facile à exécuter

lorsque nous n’aurons qu’à choisir sur plusieurs

matériaux ramassés, et mis en bon ordre.